Cette vague d’arrestation met fin à la première génération du FLQ. Ce récit fictif est cependant basé sur le recensement de cinquante témoignages de véritables personnes détenues pendant la Crise. Dans son article, il n’émet pas une mise garde face aux changements qu’apporte la Révolution, mais bien sur le risque de ne pas aller jusqu’au bout de cette Révolution. Dans le même laps de temps, la cellule Chénier, composée des frères Paul et Jacques Rose, Francis Simard et Bernard Lortie, enlève le ministre Pierre Laporte à son domicile[2]. Ces moyens d’actions sont représentatifs du terrorisme comme étant « l’arme du faible contre le puissant »[79]. Par hasard, Gabriel découvre une femme séquestrée dans une chambre donnant sur … C’est une question dont l’intérêt serait bénéfique pour le débat. L'une des nombreuses personnes arrêtées le 16 octobre 1970 en vertu de la Loi sur les mesures de guerre. Pierre Elliott-Trudeau entre à la Chambre des communes le 16 octobre 1970, Photo : La Presse canadienne / CP Photo/Chuck Mitchell. 1, n◦ 1975, p. 135-142, Ageron, Charles-Robert. Dès le début de la mise en application de la loi sur les mesures de guerre, des groupes comme le Comité d’aide aux détenus ou le Mouvement pour la défense des prisonniers politiques du Québec(MDPPQ) s’élevèrent contre les traitements infligés aux prisonniers[67]. Près de 500 personnes étaient arrêtées parce qu'elles étaient considérées comme suspectes par la police. Tetley ne parle pas de révolutionnaire, mais bien de terroristes[51]. Exaspérés par un taux de chômage croissant et frustrés de leurs aspirations nationalistes, des citoyens s'inspirent de l'exemple de pays coloniaux qui luttent contre l'impérialisme étranger et créent le FLQ en 1963 pour revendiquer la création d'un État québécois indépendant. Mais une floraison particulière de ces groupes s’effectue à la veille de la Révolution tranquille. Dans le film, on ne se contente pas d’enfermer les dissidents politiques et les indépendantistes, on leur fait vivre un calvaire. Ils rêvaient de tout faire sauter. La veille, il s'était rendu au bureau de Robert Bourassa à Québec pour lui faire signer une lettre, écrite à Ottawa, dans laquelle le gouvernement du Québec demandait au gouvernement fédéral de proclamer la Loi sur les mesures de guerre. Alors que l’on revendique de meilleures conditions de détention, l’idée des « six millions de prisonniers » fait surface. La mort de Laporte et l’application de la Loi sur les mesures de guerre frapperont encore davantage le souvenir de ces quelques mois qui ont tenus le Québec en haleine avant de se solder par l’exil d’un premier groupe felquiste et l’arrestation d’un second. Les Ordres est donc un film de son temps au sens où il s’inscrit dans le contexte sociopolitique de l’époque et relate un évènement de grande importance dans l’histoire du peuple québécois. Pourtant, la fin des années 1950 ramène avec elle une vieille tension. Ils n’étaient que contre un système. 1ère édition, Montréal, VLB Éditeur, 2012, 370 pages, Dagenais, Bernard. Il y a donc là, selon Sartre, l’idée même que le Québec possède une position d’altérité face au Canada et représente pour lui une menace, une nuisance, dont l’usage de la force envers lui ne semble pas répréhensive étant donné qu’il appartient à l’ennemi. Mais de toutes ces analyses, c’est Gaston Miron qui en fera la meilleure. La Crise d’octobre est un tournant dans la société québécoise et du jamais vue dans son histoire. La statue de Wolfe sur les Plaines d’Abraham est renversée. La démocratie, ou encore l’État et l’ordre social, est donc en droit de se défendre puisque l’attaque envers lui est illégitime. Tandis que se mettent en place les réformes des Libéraux, le 10 septembre de la même année, le mouvement du Rassemblement pour l’Indépendance Nationale(RIN) voit le jour sous l’égide d’André D’Allemagne[5]. Pierre-Elliott Trudeau effectuera son premier mandat à titre de Premier ministre du Canada dans la période allant de 1968 à 1972. Mère de trois filles, Mme Boudreau est seule avec ses enfants le matin où débarque la police. C’est justement cette attitude, associée à la montée « d’un nouveau nationalisme, axé sur l’indépendance totale du Québec et dirigé contre le Canada »[9], et à l’attachement des Libéraux au fédéralisme qui mène Lévesque à quitter le parti en octobre 1967. Le film représente l’attitude d’un peuple face à l’arbitraire d’un état qui juge non nécessaire la préservation des droits et des libertés au moment où il prétend lui-même que la démocratie est en péril. Somme toute, la perspective Trudeau-Weber vient clarifier l’intention du gouvernement fédéral, soutenu par le gouvernement provincial, d’utiliser les mesures de guerre en réponse à une attaque envers l’État. La Crise dans la pensée dumontienne est révélatrice du mal être ambiant de la société québécoise dont « les bouleversements de nos styles de vie traditionnels avaient séduit la plupart, [mais dont] peu de gens avaient acceptés les profondes réformes de structures qui devaient logiquement s’ensuivre. lors de la crise d'Octobre 1970 sous plusieurs angles: la préparation, le déploiement, les unités et ... car, pour la première fois, la Loi sur les mesures de guerre est utilisée en temps de paix. Montréal, Lux Éditeur, 2013, p. 37-49, [108] Mussi, Sébastien. Bédard, Éric. D’abord, il est possible de se demander pourquoi le Québec connait une Crise ? Cette courte phrase en dit long sur la détermination du Premier ministre et sur son intransigeance face aux felquistes. La violence est-elle légitime ? Les opérations militaires de l’armée et la crise d’Octobre. Notre recherche aura permis d’ajouter que cette manœuvre est dictée par un objectif dépassant la « protection de la démocratie » et qu’il s’agit plutôt de s’attaquer à la vague contestataire qui grandit au Québec depuis la Révolution tranquille. Durant la journée, Pierre Laporte écrit à Robert Bourassa, l’enjoignant de libérer les détenus felquistes en échange de sa libération. La période où est réalisé le film coïncide avec la montée d’un mouvement de solidarité sociale envers la condition des prisonniers politiques, auxquels on associe le peuple québécois dans son ensemble. Malgré le passage, initié par le MSA, de l’indépendance vers la souveraineté[30], il ne faut pas oublier que le PQ reste l’un des seuls partis politiques d’orientation indépendantiste d’importance encore présent aujourd’hui. En soirée, à 21h précisément, se tient la conférence de presse des seize « éminentes personnalités » dirigé par René Lévesque qui ouvre la conférence en disant : « Le Québec n’a plus de gouvernement ». Désormais, c’est l’État qui gère la Crise et toute personne susceptible de lui montrer une résistance subira les effets de la Loi sur les mesures de guerre. En dehors d’une œuvre artistique issue du cinéma directe, Les Ordres image la pensée d’une société face aux actions émises contre elle dans le passé, actions qui se poursuivirent dans cette même décennie. Les agents la menace de l’embarquer elle aussi avant de quitter les lieux, en désordre, avec la mère de famille. Nous croyons donc qu’il sera possible d’étayer notre thèse grâce l’analyse du contexte historique et la comparaison entre les théories des différents penseurs et témoins de la Crise. La Crise est officiellement terminée, malgré le maintien des mesures de guerre jusqu’au 30 avril 1971. Cette perspective regroupe les principaux acteurs de la Crise : Les felquistes de toutes cellules confondues. »[102] Lacoursière assure que ce communiqué est un faux, il ne sert qu’à maintenir l’instabilité et le climat de peur[103]. Vous avez des questions sur notre travail? Cependant, après la mort d’un homme durant l’attaque d’une caserne et les attentats de Westmount, les autorités offrent des récompenses en échange d’informations et la police procède à des arrestations[44]. Un peu partout dans le monde, on retrouve un idéal de libération et d’indépendance où la violence semble être l’unique façon d’arriver à terme. La couverture de ces périodes permettra d’extraire les causes de la Crise de la même manière que ses répercussions. Pour en finir avec Octobre. Prenant compte de sa nouvelle identité, le Québec s’orientera vers la gauche avec la nationalisation de l’électricité, la création du réseau de santé et du ministère de l’éducation. Rapidement, le PQ devient le phare en matière de souveraineté, attirant ainsi bon nombre de militants des autres partis et mouvements. Ils voulaient que ça pète et au plus vite. Les guerres du Vietnam et d’Algérie viennent en plus soutenir l’idée que la violence peut donner des résultats et vaincre les grandes puissances[35]. Le tournage eut lieu entre novembre 1973 et mars 1974 avant sa sortie le 26 septembre 1974. Au total, on procède à quelques 3068 fouilles, dont les résultats seront loin de corroborer l’idée d’une « armée felquistes », et 497 arrestations, dont la moyenne d’emprisonnement sera approximativement d’une semaine[99]. La Crise n’a été qu’une opportunité pour le gouvernement Trudeau de frapper d’un grand coup le mouvement indépendantiste. Option Québec, Montréal, Édition de l’Homme, 1968, 173 pages, [25] Hamelin, Jean et Jean Provencher. Les Ordres a été produit avec un budget approximatif de 260 000$. L’œuvre choisie pour le corpus artistique représente sans équivoque l’opinion de la population face aux mesures de guerre. The October Crisis represents troubled times in Quebec’s history whose traces are still visible today. « Chronologie de l’histoire du RIN ». Elle accentue la prise de conscience par le mouvement ouvrier francophone de sa situation en comparaison de celle des anglophones de la province. Lentement fait surface l’idée que les personnes arrêtées puissent servir d’otages dans les négociations avec les cellules du FLQ. Dans le même ordre d’idées, la légitimité des forces en présence est à analyser. La principale période d’analyse sera donc celle de la Crise elle-même, soit du 5 octobre 1970 au 28 décembre 1970. L’espace de trois mois, la société québécoise sera complètement interpellée par l’enlèvement de deux personnalités politiques, puis l’assassinat de l’une d’elles, par le Front de libération du Québec. ), la police laisse échapper un communiqué dans lequel on « déclare que, si on ne libère pas certains prisonniers politiques, le sang va couler dans les rues de Montréal. Il est également un reflet de la pensée de celui-ci alors qu’il dépeint la dénonciation faite envers l’application de la Loi sur les mesures de guerre. Débutant le 5 octobre 1970 avec l'enlèvement, à sa maison de Westmount, de l'attaché commercial du Royaume-Uni James Richard Cross par la cellule Libération du Front de libération du Québec (FLQ)1, la crise d'octobre fut marquée également par la lecture du Manifeste du FLQ à la télévision de Radio-Canada (8 octobre), par l'enlèvement du ministre provincial du Travail Pierre Laporte par la cellule Chénier (10 octobre)2, par la mise en place de la Loi des mesures de guerre (15-16 octobre), par la découverte du co… « Certains nous ont laissés. Le gouvernement Trudeau conçoit donc assez facilement l’urgence de conserver la stabilité du Québec afin de préserver l’unité canadienne qu’une insurrection provinciale viendrait briser. La Crise d’octobre représente un tournant majeur dans l’histoire du Québec. Jugé préjudiciable par plusieurs, elle sera en vigueur jusqu’au 30 avril 1971 avant d’être remplacée par une loi fixant l’arrestation arbitraire sans mandat à trois jours, pouvant être allongés à sept jours avec l’appui du coroner. 2013, dans Robert Comeau et Ivan Carel, Bulletin d’histoire politique, http://www.bulletinhistoirepolitique.org/le-bulletin/numeros-precedents/premier-dossier-presentation/ (page consultée le 25 septembre 2014), [9] Bouthillier, Guy. Le 5 novembre, Carole de Vault, ancienne membre du FLQ et du Parti Québécois, devient informatrice pour le gouvernement. Finalement, cette même opération de légitimation démontre l’intérêt de la part du gouvernement fédéral d’user de la violence politique dans un but précis. C’est un propos qu’il illustre avec le recensement des vols de dynamite sur les chantiers, dont le nombre aurait supposément pu faire sauter Montréal[75]. Il ne perd pas de temps à mettre certaines mesures draconiennes en place, et un état « d’insurrection appréhendée » est officiellement déclaré le 15 octobre. Ce genre, qui se développera immédiatement après en France et aux États-Unis, fera la renommée de Brault. Le 15 octobre, devant l’Assemblée nationale, Robert Bourassa annonce que le gouvernement du Québec a fait appel à l’armée. Ces quatre perspectives fourniront le contenu nécessaire à une analyse complète et profonde de la Loi sur les mesures de guerre lors d’Octobre 1970. Nous procéderons donc premièrement sous une forme d’analyse de chaque perspective avant de mettre certaines d’entre elles en comparaison. « Octobre 1970 » : l’occasion rêvée! Tel qu’indiquer, le corps du ministre est découvert dans le coffre d’un Chevrolet vert près de l’aéroport de Saint-Hubert. De son côté, le Premier ministre Trudeau annonce « qu’une minorité ne saurait imposer, par la violence, ses volontés à la majorité » tandis que Robert Bourassa achève sa mission économique aux États-Unis. Cependant, lorsque le maire Drapeau tient ses élections municipales (en pleine Crise ? Montréal, Hurtubise, 1971, p. 164, [50] Simard, Françis. This study will essentially be about the legitimacy of the Trudeau government and the real goals behind the enforcement of the War measures. Le 26 octobre 1968, le RIN vote sa dissolution, permettant ainsi au PQ de prendre de l’ampleur, notamment en absorbant bon nombre de ses membres[14]. L’Aut’journal, 1 octobre 2010, [36] Fournier, Louis. La question se pose alors de comprendre de quelle façon les principaux protagonistes de l’évènement ont sus agir pour mettre fin à la Crise. Liens externes. Quatre ans après les évènements de la Crise d’octobre, Brault réalise un long-métrage portant sur la répression policière durant la Crise. _____________________________________________________________________________________. Photo : La Presse canadienne / CP PHOTO/CP. L’institution étatique est donc en mesure d’user de la violence dans un cadre légitime au moment où elle le juge opportun afin d’assurer à l’État la stabilité nécessaire à son bon fonctionnement. C’est donc dans une vision d’un peuple qui n’a pas « besoin d’excuses pour vouloir être libres »[21] que le RIN défend l’indépendance du Québec. Il s’agit de Raymond Villeneuve, Gabriel Hudon et Georges Shoeters[43]. Il s'agissait surtout de comédiens, chanteurs, poètes, écrivains, journalistes et syndicalistes qui étaient, pour la plupart, indépendantistes. En collaboration avec l’ONF, le film de Brault raconte simplement le déroulement d’un congrès de raquetteurs. Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour. Cette vaste manœuvre, hautement politique bien plus que militaire, aura servie à briser la vague de contestation mise en branle durant la Révolution tranquille. Le film retrace l’arrestation de Clermont Boudreau et de sa femme, Marie, du docteur Jean-Marie Beauchemin, de Richard Lavoie et de Claudette Dusseault au lendemain de l’adoption de la Loi sur les mesures de guerre, le 16 octobre 1970. « La fatigue culturelle du Canada français », Liberté, vol. La violence relève donc d’un outil pour éveiller les masses à un message s’adressant à l’ensemble de la société. Le film utilise les gros plans et les voix off et hors champ afin de créer un lien entre le spectateur et le personnage en plus de démontrer à la fois son côté fictif et documenté. Les conditions de détention sous les mesures de guerre ou encore dans les années qui suivirent firent en sorte d’écraser toute forme de soulèvement populaire ou révolutionnaire tout en s’assurant un contrôle implacable de la population. Cette analyse dirigée vers le gouvernement canadien permettra d’obtenir une autre vision de la Crise comparativement à la plupart des réflexions sur le sujet qui s’interrogent majoritairement sur le Front de Libération du Québec. »[74] La création d’un Québec État-nation permettrait alors de sortir la culture québécoise de sa fatigue culturelle, car nous ferions le choix de l’ambition au détriment du renoncement. Le Savant et le Politique. Les concepts de violence politiques, de révolution, de répression d’État, d’inégalités sociales et de légitimité de l’État seront au cœur même de l’analyse. L’œuvre de Michel Brault, Les Ordres, réalisé quelques années après la Crise témoigne de la validité de notre thèse. Il en va de même pour les conditions de travail où les anglophones sont nettement favorisés dans leurs négociations à l’inverse des francophones qui peinent à survivre[32]. Montréal, Québec-Amérique, 1982, p. 24, [46] Pour le dernier paragraphe: Tetley, William, Op. Âgée aujourd’hui de 72 ans, Jocelyne Robert en avait 22 lors de la crise d’Octobre. La Révolution tranquille, 40 ans plus tard : Un Bilan. On parle ici des Blacks Panthers aux États-Unis, du Front de Libération Nationale(FLN) en Algérie, d’Euskadi ta Askatasun au Pays basque espagnol et de l’Irish Republic Army(IRA) en Irlande du Nord[34]. Cette analyse dirigée vers le gouvernement canadien permet… Cependant, il faut comprendre que la violence est un outil pour aider à la libération et non un motif en soi. Ils voulaient que ça pète et au plus vite. F.L.Q. Il y a rencontre entre Robert Demers et Robert Lemieux, mandaté par le FLQ, où le gouvernement du Québec offre un sauf-conduit et la libération conditionnelle de cinq détenus. Chez Sartre, l’application de la Loi sur les Québécois fait de ceux-ci les adversaires du gouvernement canadien puisque cette loi doit être utilisée uniquement en temps de guerre, mais également contre des groupes susceptibles de représenter une menace. L’utilisation de cette technique permet de créer une proximité avec les personnages et de faire partie intégrante du long-métrage[56]. Il présente également une politique très technocratique au sens où le pouvoir doit être assuré par des spécialistes et des gens formés à ce propos[26]. Lisée ne consacrera que quelques pages à la période de la Crise d’octobre et évitera de s’attarder sur de nombreux points importants. Le 16 octobre, suite à la réception d’une lettre signée par Robert Bourassa demandant des « pouvoirs d’urgence », les membres du gouvernement Trudeau adoptent les Règlements en vertu de la Loi sur les mesures de guerre, vers 3h15. Le corps policier et l’armée eurent donc à loisir d’employer toutes les méthodes jugées nécessaires afin d’appréhender les derniers ressortissants du mouvement felquiste. L’intention première de Michel Brault est donc de montrer une réalité précise. 4, no◦ 23, 1962, p. 299-325, [75] Dagenais, Bernard. De plus, l’ouverture des négociations avec les deux paliers de gouvernements permettra au FLQ de faire lire son manifeste sur les ondes télévisées, ultime visibilité pour un groupe comme le FLQ. Montréal, Presses socialistes internationales, 1979, 601 pages, Dumont, Fernand. NDLR : nous reproduisons ici, avec autorisation, le Projet de fin d’études (PFÉ) de Pierre-Luc Baril, étudiant maintenant fraîchement diplômé de notre programme en Histoire et civilisation. Notre analyse met au jour l’objectif derrière l’utilisation de cette violence : briser les mouvements de contestation qui ont acquis en force depuis la Révolution tranquille. Sociologue de formation, Fernand Dumont est un penseur et intellectuel influent de la société québécoise. Montréal, Les Éditions de l’Homme, 2000, 312 pages, Weber, Max. Le 10 octobre, le ministre de la Justice Jérôme Choquette prépare une proposition pour la cellule Chénier. D’une même façon, en présentant les acteurs en interview tandis qu’ils abordent les évènements vécus par leur personnage, Brault s’assure ainsi de montrer à l’audience que son histoire est fictive, mais issue de faits bien réels[59]. Afin d’étoffer notre propos et d’offrir un autre aperçu de l’évènement, nous utiliserons entre autres les travaux d’intellectuels d’aujourd’hui tel Jean-Philippe Warren, Bernard Dagenais, Jacques Castonguay, Guy Bouthilier, Jacques Lacoursière. En soirée, le gouvernement lance un ultimatum de six heures aux felquistes, maintenant son offre, mais ajoutant qu’elle est définitive. Le 2 novembre, la Loi sur les mesures de guerre est modifiée. Des membres armés de la cellule Libératio… Elle constitue une période d’agitation ayant eu des répercussions profondes sur la société québécoise. Le même jour, les médecins spécialistes entrent en grève générale, ajoutant à l’instabilité politique ambiante. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Innovant encore une fois, Brault utilise ce procédé afin de marquer la distinction entre le réel, noir et blanc, et la fiction, en couleur. Des soldats de l’armée canadienne patrouillent à Québec, le 16 octobre. Dans ce cas, il s’agit de la détention arbitraire faite par les autorités envers une partie de la population lors des évènements d’octobre 1970. On entend par inachevée qu’elle n’ait pu contribuer à mettre sur pied le Québec comme État-nation, ce qui se veut être l’une des solutions pour permettre le développement de la culture québécoise. Op. veuillez revoir vos paramètres avant de poursuivre votre visite.Gérer vos témoins de navigationEn savoir plus. Paris, Collection Pocket Agora, 2003, 416 pages, Weber, Max. Pensons justement à Francis Simard, mais également à Pierre Vallières ou encore à André D’Allemagne comme des exemples d’indépendantistes nés du monde ouvrier. cit., p. 59, [97] Warren, Jean Philippe. D’un autre côté, sur la scène politique, le Rassemblement pour l’Indépendance Nationale(RIN) vient de faire son entrée en scène, avec André D’Allemagne[41]. De plus, au Québec, le colonialisme transparait essentiellement dans le monde ouvrier où les cadres sont anglophones, les ouvriers francophones; les riches anglophones, les pauvres francophones. Dans un premier temps, comprendre la Crise et son origine nous obligera à faire appel aux théories du sociologue Fernand Dumont et à la pensée d’Hubert Aquin. À la veille de la Crise d’Octobre, c’est un Québec encore en mouvement qui voit Robert Bourassa devenir son chef d’État. Ensuite, les évènements ont obligés le gouvernement Trudeau à mettre en branle une vaste opération de légitimation de l’État dans le but d’établir une justification de l’application de la Loi des mesures de guerre. Par la suite, l’analyse couvrira la Révolution tranquille au Québec durant la décennie 1960 avant de s’attarder en partie sur la décennie suivante, c’est-à-dire les premières années de 1970. Cet essai traite de la Crise d’octobre 1970 au Québec et de l’application de la Loi sur les mesures de guerre. Avec l’essor d’une nouvelle génération de réalisateurs francophones, Brault fera partie de ce groupe qui cherche à montrer au monde la réalité du Québec de l’époque telle qu’elle est. : Histoire d’un mouvement clandestin. Il s’avère donc que notre thèse est vérifiée par l’analyse des faits et des théories des penseurs vue dans ce chapitre. A vrai dire, personne ne le sait vraiment, surtout pas les Canadiens français dont l’ambivalence à ce sujet est typique, ils veulent simultanément céder à la fatigue culturelle et en triompher, ils prêchent dans un même sermon le renoncement et l’ambition. Montréal, Presses socialistes internationales, 1979, p. 228, [33] Dubuc, Pierre. La démocratie réussi-t-elle réellement à provoquer des changements ? En 1972, trois policiers dérobent deux-cent livres de dynamite dans une poudrière de Saint-Grégoire alors que trois autres incendient une grange à Sainte-Anne-de-la-Rochelle. Les Ordres répond donc très clairement à cette répression en la dénonçant à l’aide du cinéma. La Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal (SSJB) joint sa voix à l’organisme Justice pour les prisonniers d’Octobre 70 pour réclamer réparation pour les femmes et les hommes illégalement arrêtés et … [96] Lacoursière, Jacques. De cette façon, nous pourrons confirmer l’idée que le gouvernement Trudeau à bel et bien fait preuve d’opportunisme en usant de la violence politique pour briser les mouvements indépendantistes, dissidents et contestataires au Québec à la suite de la Révolution tranquille. « Décolonisation », Encyclopædia Universalis, URL : http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/decolonisation/ (consulté le 8 décembre 2014), [17] Bélanger, Yves, Robert Comeau, et Céline, Métivier. Plus loin encore, c’est le début d’une considération à l’échelle nationale, la naissance du « Nous, les Québécois » et la disparition du « Canadiens-Français ». ImportantAfin de favoriser des discussions riches, respectueuses et constructives, chaque commentaire soumis sur les tribunes de Radio-Canada.ca sera dorénavant signé des nom(s) et prénom(s) de son auteur (à l’exception de la zone Jeunesse). Dans les heures, voir le jour, qui suivent, tout un chacun allant du maire Jean Drapeau à l’éditorialiste Claude Ryan se positionne sur l’attitude à adopter face à l’enlèvement. « Chronologie de l’histoire du RIN ». 2013, dans Robert Comeau et Ivan Carel, Bulletin d’histoire politique, http://www.bulletinhistoirepolitique.org/le-bulletin/numeros-precedents/premier-dossier-presentation/ (page consultée le 25 septembre 2014), Massicotte, Louise. La Crise d’octobre représente une période trouble dans l’Histoire du Québec dont les traces sont encore visibles aujourd’hui. La semaine dernière, le PQ a présenté une motion qui demandait aux fédéraux de s’excuser pour la loi des mesures de guerre. Le silence de la nuit est brisé par le tapage des gendarmes qui cognent simultanément aux portes avant et arrière. Notre conclusion proviendra de l’analyse et de la comparaison de ces quatre perspectives. Francis Simard, felquiste et membre de la cellule Chénier, était en faveur d’un changement de système plutôt que la destruction sans contredit du système établi : « Certains nous ont laissés. Dans la journée du 15 octobre, Trudeau reçoit les demandes de Jean Drapeau, maire de Montréal, et de Robert Bourassa, Premier ministre du Québec, afin que leur soit octroyés des pouvoirs supplémentaires pour faire face à la possibilité d’une « insurrection appréhendée »[88]. La Crise d’octobre est un sujet complexe. Nous,[la cellule Chénier,] nous étions plus pour une autre façon de vivre. Suffit de penser à la menace de démission de Lévesque, en 1971, devant la réticence des membres du parti à adopter une résolution reconnaissant les droits linguistiques de la minorité anglophone ou encore le refus majoritaire de son cabinet, en 1984, de faire adopter un projet de loi instaurant un mode de scrutin proportionnel pour les régions[29]. Il y aura aussi des visions « trudeauiste » où la Crise ne fût qu’une tentative d’atteinte à la démocratie ou encore une vision comme Jacques Lacoursière, où la Crise servit de prétexte pour s’attaquer au camp indépendantiste.

Dieu Est Capable De Changer Ta Situation, Grand Sirkeci Hotel Istanbul, Croisière Nice Santorin, Vente Maison De Luxe Paros, Consulat De France En Cote D'ivoire Contact, Site Web Gouvernorat De Kairouan, Vide Grenier Montélimar, Stage D'immersion Définition, Racing In Car 2 Mod, Citation Sur L'importance De L'école,